header-cig-grand-2-

Evènement partenaire


Carine Girard et son équipe d’Audencia Nantes, ainsi que la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, ont eu le plaisir d’accueillir en mai dernier le 12ème Congrès International de Gouvernance (CIG). Chaque année depuis 2002, le CIG est l’occasion de réunir les chercheurs belges, canadiens, français et suisses qui s’intéressent à la thématique interdisciplinaire de la gouvernance. Les premières éditions se sont déroulées à Bordeaux, Florence, Genève, Lyon, Metz, Mons, Montréal et Strasbourg.

Depuis 2009, cet événement est organisé par l’Association Académique Internationale de Gouvernance (AAIG). L’AAIG regroupe aujourd’hui une centaine de chercheurs francophones, spécialistes de gouvernance des organisations privées et publiques, qui ont noué des liens étroits lors des précédents Congrès.

L’association a pour missions de faciliter, notamment via le Congrès, les échanges entre chercheurs et praticiens sur toutes questions concernant la gouvernance et de contribuer au développement et à la diffusion des connaissances de la gouvernance grâce à son partenariat avec l’Institut Français des Administrateurs (IFA). Chaque année, le Club recherche de l’IFA sélectionne les meilleures communications présentées lors du Congrès afin de les publier dans la Revue Française de Gouvernance d’Entreprise (RFGE).

Le thème général retenu cette année pour le CIG 2013 fut l’« Impacts des nouvelles normes et règles sur la gouvernance des organisations ». Dans un contexte de crise multiforme, chaque pays a adopté de nouvelles règles et normes ayant eu des répercussions sur les stratégies des acteurs (entreprises, banques privés et publiques, investisseurs du Private Equity, hedge funds, investisseurs socialement responsables, salariés, clients, fournisseurs et société civile) et sur les mécanismes de gouvernance des organisations privées et publiques (entreprises cotées, entreprises mutualistes et coopératives, ETI, PME, associations, entreprises publiques, universités, organisations à but non lucratif,…).

Une centaine de propositions de communication ont été présentées. Le comité scientifique a sélectionné 75 communications autour d’une vingtaine de thèmes spécifiques en gouvernance : activisme actionnarial, alliances stratégiques, audit, création de la valeur, Conseil d’administration, Comité de rémunération,d’audit, des risques, d’éthique,communication en gouvernance d’entreprise, contrôle de gestion, décisions financières,  fusion & acquisition, gouvernance comportementale,  gouvernance des entreprises familiales, gouvernance des institutions financières, gouvernance responsable,  information comptable et financière, innovation et R&D, leadership, principes et bonnes pratiques de gouvernance d’entreprise, rémunération, réseaux sociaux, structure de propriété, etc.

Le congrès a également été ponctué par plusieurs conférences plénières :

Gérard Charreaux, Professeur émérite,  a ouvert le congrès autour du thème « Quelle(s) perspective(s) pour la recherche en gouvernance ? Images et enseignements d’un voyage de 30 ans en pays de gouvernance ».

Lors de son intervention, le Professeur Charreaux a dépeint le paysage de la recherche en gouvernance des organisations qui a beaucoup évolué au cours de ces trois dernières décennies depuis les recherches fondatrices dont le socle était la théorie positive de l’agence. Il a ensuite illustré cette évolution à travers les principales étapes de l’itinéraire personnel d’un chercheur. Comment en particulier et pour quelles raisons, la vision financière initiale de ce dernier a-t-elle évolué au contact de différents courants de littérature pour aboutir aux perspectives plus complexes de la gouvernance que constituent les théories partenariale, cognitive et comportementale ? De ce tour d’horizon, et de façon subjective - selon ces propos -, Gérard Charreaux a présenté les enseignements qu’il en a tiré permettant de répondre superficiellement à trois questions centrales concernant (1) l’intérêt du cadre d’analyse dominant fondé sur l’efficience en matière de gouvernance ; (2) la réalité de la progression des connaissances dans le domaine et (3) les voies qui permettraient de progresser davantage.

Guillaume Julien, Directeur de la Prospective, des Schémas et du Développement Durable à la Région des Pays de la Loire, est intervenu sur la « Définition de nouveaux indicateurs de richesses : l’expérience participative de la Région des Pays de la Loire ». Guillaume Julien a présenté le projet mené par la Région des Pays de la Loire qui présente l’originalité d’avoir expérimenté un processus participatif à grande échelle de définition de « nouveaux indicateurs de richesses ». Le projet étant encore en cours à la date du Congrès, le Directeur de la Prospective, des Schémas et du Développement Durable à la Région des Pays de la Loire.

Enfin, le Professeur Alain Chevalier a animé la table ronde conclusive du Congrès. Le Professeur Michel Ferrary, Viviane Neiter, administratrice de sociétés cotées et responsable de la société de conseil Neiter Consulting (membre de l’IFA), Armelle Sciberras, responsable diversité du Crédit Agricole SA, Guylène Blanqaurt, dirigeante du cabinet Diverséa Conseil et Claudine Clerici, Maître Praticien PNL ont débattu autour du thème « Norme, Femme et Gouvernance ». 
(visionnez l’ensemble des débats sur le site de l’IFA en bas de page).

Participer à la conférence annuelle garantit d’avoir connaissance des développements récents en termes de recherche dans le domaine de la gouvernance. La conférence reçoit les contributions d’enseignants-chercheurs dans n’importe quel champ ou discipline qui contribue à la compréhension de la thématique de la gouvernance.

Pour plus d’information : http://www.cig2013.org/ / http://cig2014.org/