Le président a, depuis la loi de sécurité financière du 1er août 2003, l’obligation de présenter un rapport portant sur la gouvernance. Cette obligation ne concerne plus, depuis 2005, que les sociétés cotées. Une fois approuvé par le conseil d’administration, le rapport est joint à celui que le conseil est tenu de présenter annuellement à l’assemblée générale ordinaire, et fait l’objet de la même diffusion en étant rendu public. Au terme de l’alinéa 6 de l’article L 225-37 du Code de commerce, ce rapport doit rendre compte de différents points :
- la composition du conseil et notamment l'application du principe de représentation équilibrée des femmes et des hommes en son sein, cette dernière exigence découlant de la loi du 27 janvier 2011.
- des conditions de préparation et d'organisation des travaux du conseil,
- les procédures de contrôle interne et de gestion des risques mises en place par la société, en détaillant notamment celles de ces procédures qui sont relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière pour les comptes sociaux et, le cas échéant, pour les comptes consolidés.
- les éventuelles limitations que le conseil d'administration apporte aux pouvoirs du directeur général.

En outre, l’alinéa 7 de l’article précité découlant de la loi du 3 juillet 2008 prévoit que lorsqu'une société se réfère volontairement à un code de gouvernement d'entreprise élaboré par les organisations représentatives des entreprises, le rapport doive préciser également les dispositions qui ont été écartées et les raisons pour lesquelles elles l'ont été. Le rapport doit en outre indiquer le lieu où ce code peut être consulté. Dans l’hypothèse où la société ne se réfère pas à un tel code de gouvernement d'entreprise, le rapport doit indiquer les règles retenues en complément des légales et explique les raisons pour lesquelles la société a décidé de n'appliquer aucune disposition du code de gouvernement d'entreprise.
L’alinéa 8 ajoute encore que le rapport doit préciser les modalités particulières relatives à la participation des actionnaires à l'assemblée générale ou renvoie à défaut aux dispositions des statuts qui prévoient ces modalités.
L’alinéa 9 exige enfin  que le rapport présente les principes et les règles arrêtés par le conseil d'administration pour déterminer les rémunérations et avantages de toute nature accordés aux mandataires sociaux et il mentionne la publication des informations prévues par l'article L. 225-100-3.