Le temps nécessaire au bon exercice d’un mandat d’administrateur dépend de :
- la complexité de l’entreprise ;
- l’intensité de l’activité du conseil ;
- l’implication dans les travaux (participation à un comité, missions ponctuelles) ;
- son expérience et de ses compétences.

Avant d’accepter de rejoindre un conseil, il faut se poser la question du temps minimal que l’on souhaite y consacrer mais aussi du temps que la société attend que l’administrateur y consacre. Si la société propose une estimation, il convient de comprendre sur quelle base elle a été établie. Si elle est très faible, il est probable qu’elle ne reflète pas l’étendue de toutes les obligations, à savoir, préparer et assister aux séances du conseil, se tenir informé en continu de l’évolution de la société et du secteur, se former, etc.

A titre indicatif, une entreprise cotée tient en moyenne 9 séances de conseil d’administration par an d’une durée de 3 à 4 heures chacune. Les comités d’audit se réunissent en moyenne 5 à 6 fois par an (3 à 4 fois pour les comités de sélection ou de rémunération).

Sachant que chaque séance nécessite un minimum de deux heures de préparation, et en ajoutant le temps passé à s’informer de manière continue, un mandat représente un investissement annuel incompressible de 10 à 15 jours. A ceci peut s’ajouter le temps consacré aux voyages et déplacements selon le lieu où se tient le conseil.

De plus, la présidence d’un comité, en particulier le comité d’audit (appelé aussi comité des comptes), peut demander un investissement personnel additionnel important. Ainsi, dans un grand groupe coté dont les activités sont complexes, le Président d’un tel comité peut être mobilisé jusqu’à 15 heures pour chaque séance du comité (6 à 7 heures de préparation, 4 à 5 heures en séance et 3 à 4 heures pour la rédaction du compte-rendu).