AEminet-

Aurélien EMINET, finaliste du prix de la recherche en gouvernance pour sa thèse en Sciences de Gestion : "Oligarchie et dynamique de professionnalisation  - la sélection des administrateurs de sociétés dans les grandes entreprises françaises", à l’Université de Paris-Dauphine, sous la direction de David COURPASSON.

Pour contacter l'auteur : aeminet@univ-catholyon.fr

Les sièges dans les conseils d’administration et le recrutement des administrateurs sont désormais un enjeu très important dans les relations d’affaire des grandes entreprises françaises. Les transformations contemporaines du capitalisme conduisent les dirigeants, les actionnaires, et les parties prenantes des entreprises à s’affronter pour obtenir des sièges dans les conseils d’administration et peser ainsi sur les décisions stratégiques des entreprises. 

La sélection des administrateurs de société est également un enjeu théorique important. Dans les approches gestionnaires et économiques du gouvernement des entreprises, la capacité du conseil à protéger les intérêts actionnariaux et à créer de la valeur pour les entreprises dépend du choix des administrateurs. Les travaux empiriques mettent en exergue la domination des dirigeants dans les conseils qui favorisent le recrutement d’alliés affidés au management. Dans les approches sociologiques, les travaux sur les élites économiques ou sur les réseaux sociaux ont mis en avant des logiques communautaires de reproduction sociale dans les conseils qui prédominent sur les logiques d’entreprise et qui visent à produire une élite dirigeante et une cohésion de ses membres. Malgré leur intérêt, ces approches ne permettent pas de saisir le phénomène d’institutionnalisation de règles collectives qui visent à réformer la sélection des administrateurs. Cette thèse a pour objectif de proposer un nouveau cadre d’analyse issu de la sociologie des professions, en posant l’hypothèse d’une professionnalisation des administrateurs. Elle vise aussi à mieux comprendre en quoi les codes de gouvernance modifient le fonctionnement des conseils et la communauté des affaires. 

La stratégie de recherche de la thèse consiste à combiner trois approches : (1) une approche descriptive de la population des administrateurs et des entreprises étudiés afin d’en montrer les caractéristiques et évolutions, (2) une approche explicative qui teste plusieurs hypothèses sur les effets des normes du conseil sur le recrutement des administrateurs et leurs collectifs, et (3) une approche interprétative qui vise à saisir les représentations des acteurs sur le rôle des administrateurs et les modalités d’organisation collective de la fonction. Nous utilisons une base de données constitués de 2730 administrateurs ayant siégé aux conseils de 200 grandes entreprises françaises sur 6 ans, ainsi que 23 entretiens qualitatifs avec des administrateurs et experts du gouvernement des entreprises.

Au final, les contributions de cette thèse sont de trois ordres :
- elle permet une meilleure compréhension du phénomène d’institutionnalisation en gouvernement des entreprises en proposant d’adopter un cadre d’analyse nouveau, celui de la sociologie des professions, qui complète les approches économiques et sociologiques existantes afin d’étudier la régulation qui émerge aujourd’hui dans les conseils. 
- cette thèse propose de caractériser l’organisation collective de la professionnalisation émergente des administrateurs comme une hétérarchie produisant des objets frontières. La professionnalisation est une réponse aux menaces d’éclatement communautaire des administrateurs et dirigeants et vise à créer de la cohésion et de la légitimité pour ce groupe social. Les formes d’organisation collective des projets professionnels émergents doivent gérer une forte diversité tout en consolidant une cohésion sociale et des standards professionnels.
- ce travail apporte une contribution à la compréhension de l’évolution du mode de fabrication des élites. Le projet professionnel est une tentative pour relégitimer l’élite économique et ré habille, par des critères professionnels institutionnels, la sélection de ses membres mais renforce en même temps leur cohésion et leur reproduction sociale.