Alexandre POURCHET, Andrée DE SERRES & Bernard DE MONTMORILLON - Une lecture néo-institutionnaliste de l’évolution des activités bancaires et de la gouvernance du Groupe Bancaire Coopératif en France

Publié dans la RFGE 15

Résumé

Cet article a pour objet de montrer que, face à l’instauration d’un cadre juridique prônant un modèle bancaire universel et unique (décloisonnement des activités, fin du cylindrage de clientèle) et face aux pressions isomorphiques institutionnelles (DiMaggio et Powell, 1983) s’exerçant sur les Groupes Bancaires Coopératifs, nous devrions constater une uniformisation des modèles bancaires. Notre recherche longitudinale porte sur trois Groupes Bancaires Coopératifs français (Crédit Agricole, Crédit Mutuel, BPCE) et cela pendant une période de 24 ans. Si indéniablement nous ne pouvons nier l’évolution de ces groupes, rejoignant ainsi la littérature existante (Ory et al. 2006 ; Côté, 2001), nous ne constatons pas une uniformisation de ces groupes. Si ces groupes présentent des similitudes, ils gardent une spécificité tant au niveau de leur gouvernance, des parties prenantes qui composent cette gouvernance, que des activités métiers qu’ils réalisent. Si les pressions des isomorphismes normatifs et coercitifs peuvent expliquer certaines similitudes et évolutions des Groupes Bancaires Coopératifs, ils ne permettent pas d’expliquer la globalité de ces évolutions. Notre recherche permet d’explorer un peu plus cette organisation complexe et soulève de futures pistes de recherche autour des modèles d’Aoki (2010) et de North (2005).

Mots clés

Gouvernement d'entreprise

Cadre institutionnel

Groupe bancaire coopératif

Isomorphisme institutionnel

Activités bancaires

Code JEL

A13 -B40 -D01