4ème conférence annuelle CAPITALCOM sur l’integrated thinking

"Et si l'entreprise racontait une seule et même histoire – « son » histoire – à l'ensemble de ses parties prenantes ?"

capitalcom-

En 2013, lorsque CAPITALCOM a lancé la 1ère conférence sur l’integrated thinking, aucune entreprise française n’avait encore publié de rapport intégré. Seulement trois éditions plus tard, elles sont déjà près d’une vingtaine à en avoir publié au moins un – parmi lesquelles ENGIE, Schneider Electric, SUEZ ou encore Vivendi – et de nombreuses autres se sont d’ores et déjà engagées dans cette démarche, s’apprêtant à publier leur premier rapport dès 2017.

Parallèlement, le dialogue entre les entreprises et leurs parties prenantes s’est renforcé et structuré, une tendance perçue lors de nos différentes missions, qui a été confirmée par notre Baromètre sur la Performance Responsable. À titre d’exemples, 22 sociétés du CAC 40 ont mis en place des dispositifs réguliers de dialogue en 2015, contre seulement la moitié en 2013 ; 33 d’entre elles ont réalisé un exercice de matérialité, contre 7 en 2013.

En plaçant les enjeux, le projet stratégique, la matérialité et le dialogue avec les parties prenantes au cœur de sa démarche, le rapport intégré offre l’opportunité à l’entreprise de « raconter » de manière claire et concise « son » histoire, de transmettre sa culture et d’embarquer l’ensemble de son écosystème dans son projet de moyen/long terme, unique et fédérateur.

Pour la 1ère fois cette année, CAPITALCOM confronte - en binômes - « entreprises » et « représentants de la société civile » pour échanger sur la démarche d’integrated thinking.

·         Est-il possible de raconter une seule et même histoire à l’ensemble des parties prenantes ? en d’autres termes, peut-on faire converger leurs intérêts de façon sincère ?

·         À qui profite réellement la démarche d’integrated thinking ?

·         Qui est concerné par l’integrated thinking ? qui impliquer en priorité ?

·         Comment sélectionner l’information ? sur quels critères se fonder ?

·         Quelle doit être la juste place du rapport intégré vis-à-vis des autres publications ?

·         Et à l’international, on en est où ?