L'actu IFA de la gouvernance - semaine 50 (du 11/12 au 17/12/2017)

 

1- Nominations et mouvements

 

Accès réservés aux membres de l'IFA - Détails disponibles après connexion.

 

2- L'Actu de la semaine
(Exceptionnellement en accès libre cette semaine pour les non adhérents de l'IFA
 

Redéfinir le rôle de l'entreprise : un projet qui secoue le patronat

Pierre Gattaz ne décolérait pas ce mardi. « C'est une mauvaise idée au mauvais moment. Faire cette modification, c'est mettre en difficulté l'ensemble des entreprises françaises, c'est les rendre dépendantes face à des activistes environnementaux. » Le président du Medef n'était pas furieux après le rejet de la candidature à sa succession du patron de Michelin, Jean-Dominique Senard, mais après les propos de Nicolas Hulot.

Devant les représentants de 91 grandes entreprises françaises venues défendre leur engagement en faveur du climat, lundi, au siège de l'organisation patronale, le ministre de la Transition écologique s'est dit favorable à « faire évoluer l'objet social de l'entreprise, qui ne peut plus être le simple profit, sans considération aucune pour les femmes et les hommes qui y travaillent, sans regard sur les dégâts environnementaux ».

Les Echos – Le 12/12/2017

>>> A lire également sur le sujet : Nicolas Hulot et le rôle social des entreprises (Le Blog du professeur Bruno Dondero – Le 12/12/2017)

 

Airbus, un enjeu de gouvernance particulier en France

Si la « relève de la garde » qui pourrait être actée aujourd’hui chez Airbus est d’abord un enjeu industriel pour l’Europe, ses conséquences seront aussi considérables en matière de gouvernance. C’est vrai pour les Etats actionnaires, car Airbus reste une affaire d’Etats, et pour le conseil d’administration, ne serait-ce qu’en raison du positionnement de son président depuis 2013, Denis Ranque. Celui-ci préside par ailleurs le Haut Comité de gouvernement d'entreprise, qui veille à l’application des règles du code Afep-Medef par les sociétés cotées. Une bonne gestion du dossier par le conseil aura donc valeur d’exemple, d’autant qu’y figurent d’autres personnalités aussi respectées que Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE.  Pour l’instant, l’entreprise a joué le jeu de la vérité, en révélant elle-même les « irrégularités » qui lui valent les d’enquêtes en cours et les turbulences qu’elle traverse. Mais une « décapitation » changerait la donne. Il lui faudra d’abord gérer les intérêts des Etats qui, pour n’être plus représentés au conseil, n’en possèdent pas moins 26% du capital.

L’AGEFI – Le 14/12/2017

 

Schneider Electric : le conseil d'administration aura un comité numérique

C'est une première en France. Schneider Electric innove en créant, au sein de son conseil d'administration, un comité digital spécialisé dans la stratégie et la performance numérique. Sa composition sera annoncée à la suite de la prochaine assemblée générale en avril 2018. Ce comité va venir s'ajouter aux quatre autres comités plus traditionnels que compte déjà le conseil, à savoir le comité d'audit, le comité stratégique, le comité ressources humaines et RSE, et celui de gouvernance et des rémunérations. Schneider Electric démontre ainsi avoir pris un vrai virage stratégique. Le numérique représente pour lui un levier important de croissance. « Le rôle de ce comité sera de superviser et de juger de l'avancement de nos projets notamment dans l'architecture de nos systèmes, dans les relations avec nos partenaires (fournisseurs et clients), ou encore dans l'évaluation du risque de cybersécurité, et dans le suivi de l'évolution du paysage digital » explique Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric. Pour ce, le conseil de Schneider Electric pourra s'appuyer sur son administrateur référent, Leo Apotheker, ancien PDGde la firme Hewlett-Packard et ancien patron de SAP

Les Echos – Le 12/12/2017

 

Procter & Gamble perd la bataille contre Nelson Peltz

L'actionnaire activiste va faire son entrée au conseil d'administration du géant américain. C'est une nouvelle ère qui s'ouvre pour Procter & Gamble. Après deux mois d'une bataille homérique, le leader mondial de la grande consommation (Ariel, Gillette, Pampers…) a annoncé l'arrivée en mars de Nelson Peltz au conseil d'administration. Cet actionnaire activiste, qui détient 1,5 % du capital du groupe, revendiquait depuis près d'un an un siège au board afin de pouvoir remettre P&G sur les rails de la croissance.

Le Figaro – Le 17/12/2017

 

L'entreprise familiale érigée en modèle

L'association Primum Familiae Vini (Premières Familles du vin), créée en 1992 par l'espagnol Miguel Torres et le bourguignon Robert Drouhin, est peu connue du grand public et même des amateurs de vin. C'est une sorte de confrérie, un peu à la façon des Hénokiens qui regroupent, à travers le monde, des entreprises familiales bicentenaires. PFV réunit, elle aussi, des familles, mais exclusivement celles de vignerons prestigieux, propriétaires de caves et de domaines historiques. Limitée à douze familles ou établissements vinicoles, elle en compte onze aujourd'hui (5 français, 2 italiens, 2 espagnols, 1 allemand et 1 portugais), cooptés par décision unanime des membres. La liste est impressionnante qui compte certains des domaines les plus illustres en Europe : Marchesi Antinori et Tenuta San Guido en Italie, Egon Müller Scharzhof en Allemagne, Symington Family Estates au Portugal, Familia Torres et Vega Sicilia en Espagne et, en France, Joseph Drouhin (Beaune), Baron Philippe de Rothschild (Pauillac), Famille Perrin (vallée du Rhône), Pol Roger (Champagne), Famille Hugel (Alsace). Leur ambition : partager un savoir-faire ancestral (les origines de la plus ancienne famille - Marchesi Antinori - remontent à 1385, celles de la plus jeune - famille Perrin - à 1909) dédié à la quête de l'excellence ; confronter des expériences sur le commerce du vin ; anticiper les modes ; échanger les meilleures pratiques ayant permis de pérenniser ces entreprises qui ont en commun une volonté farouche de rester indépendantes et de passer le témoin à la génération suivante en restant maîtresses de leur destin. Un objectif que poursuivent toutes les entreprises familiales du vin.

Les Echos – Le 14/12/2017

 

Bruxelles donnera en mars un cadre à la finance verte

A l'occasion du One Planet Summit organisé à Paris ce mardi 12 décembre, la Commission européenne a annoncé qu'elle présenterait un plan d'action global en mars 2018 visant notamment «à stimuler le marché des produits financiers durables». Ce plan s'inscrit dans la ligne des travaux du groupe d'experts à haut niveau sur la finance durable, qui a présenté en juillet 2017 de premières recommandations. Le plan prévoira «l’intégration de considérations liées au développement durable dans les obligations qui lient les gestionnaires d’actifs et les investisseurs institutionnels aux propriétaires des fonds qu’ils gèrent», selon un document publié mardi par la Commission. Un domaine dans lequel la France s'est montrée précurseur avec l'adoption en décembre 2015 de l'article 173 de la loi de Transition énergétique et écologique, qui instaure des obligations d'information pour les investisseurs institutionnels sur leur gestion des risques liés au climat.

L’AGEFI – Le 13/12/2017

>>> téléchargez le document de la Commission Européenne en partie 4)

 

HKEX moves closer to accepting dual share classes

The Hong Stock Exchange has moved a step closer to allowing dual share classes, paving the way for blockbuster listings three years after losing out on technology giant Alibaba’s flotation to the US.

The exchange announced on Friday that it has concluded a consultation with 360 market stakeholders, including lawyers, accounting firms and investment managers among others, on allowing companies to offer a share class structure that gives more voting rights to certain investors.

Following the consultation, HKEX has proposed that, rather than create a new exchange board for such dual share classes, companies using this structure from “emerging and innovative” sectors can list on the main board subject to certain limitations.

The proposed limits — aimed at protecting investors — include a ceiling on voting rights of 10 votes per one share.

Financial Times – Le 15/12/2017

 

3- L'Actu juridique

 

Accès réservé aux membres de l'IFA - Détails disponibles après connexion.

 

4 - Rapport

 

Accès réservés aux membres de l'IFA - Détails disponibles après connexion.

 

5 - La recherche en gouvernance

 

Accès réservés aux membres de l'IFA - Détails disponibles après connexion.

Consultez toutes les "Actu IFA de la gouvernance" !