Veille d'actualités "Risques & Gouvernance" par Arengi - février 2016

arengiID-RVB-VECTO-


 

A propos

Chaque mois depuis plus de 3 ans, Arengi, membre partenaire de l’IFA  prépare pour les adhérents de  l'IFA une  une sélection des actualités  vues sur le web, réalisée à l’aide de l’outil de veille collaboratif NETVIBES.

www.arengi.fr

A la une

Le cru 2016 du rapport du Forum Economique Mondial

Cette année encore le World Economic Forum a publié une mise à jour de son rapport annuel intitulé « Global risk report 2016 ». Cette étude élaborée par des professionnels du risque et des  universitaires, dresse la liste des principales menaces pour l’économie mondiale pour les dix prochaines années. Dans sa 11e édition le rapport décrit un monde dans lequel les risques sont de plus en plus imminents et ont un large impact : les tensions entre pays affectent les entreprises, des attaques terroristes sont de plus en plus fréquentes, les progrès technologiques très rapides vont de pair avec des fragilités cyber sans cesse croissantes. Vous pouvez consulter l’intégralité du rapport, les analyses et solutions proposées, ci-dessous. 

The Global Risk Report 2016

Les risques du moment

Données personnelles : une nouvelle réglementation pour plus de sécurité

Pour répondre à la nécessité de sécuriser les informations personnelles, les institutions européennes ont adopté une nouvelle réglementation – la GDPR (General Data Protection Regulation). Cette dernière impose des règles de conformité plus strictes et de nouvelles exigences en matière de sécurité de collecte,  de stockage et d’utilisation des données.  Vous pouvez trouver ci-dessous quelques bonnes pratiques à appliquer, comme par exemple la mise en place d’une gestion globale des risques liée à la protection des données ou encore la protection de ses propres systèmes contre la violation des données.

Pour la confidentialité et la sécurité des données aussi, la croissance rime avec la confiance

Réflexion et analyse sur le risque

Le coût économique du risque : nouvelle mesure d’évaluation de référence ?

Mesure plus complète que les traditionnelles mesures d’évaluation des risques, le Coût Economique du Risque (ECOR) intègre la volatilité des risques, ainsi que les incertitudes auxquelles les organisations peuvent faire face. Tout comme le Coût Total du Risque, le calcul d’ECOR inclut la somme des pertes attendues, les primes d’assurances, ainsi que les frais administratifs et autres taxes. La nouveauté réside dans la prise en compte d’un paramètre supplémentaire : l’évaluation de l’impact et de la probabilité d’un événement dommageable, ainsi que son coût, ce qui permet d’affecter une valeur sur la volatilité pour chaque entreprise. Les organisations peuvent utiliser l’analyse détaillée des marchés d’assurance fournie par ECOR pour réduire le coût des primes et améliorer le retour sur investissement.

Pour plus d’informations sur le sujet: The Value of the Economic Cost of Risk

Risk Managers : savoir s’adapter à un monde nouveau

Face aux nouvelles menaces, telles que les changements climatiques ou encore les attaques terroristes, les Risk Managers doivent compléter leur approche par un volet opportunité  et s’affranchir de pratiques uniquement basées sur des règles de conformité. L’article que nous avons sélectionné est basé sur le retour d’expérience de deux managers d’International SOS (Kelvin Wu et Franck Baron) et  donne quelques conseils aux responsables ERM : à titre d’exemple, ne pas avoir peur d’engager des conversations difficiles ou encore partager son expérience.

How to Manage a New World of Risk

Actualité et tendance gouvernance

La réputation : levier principal de motivation des administrateurs indépendants

Une récente étude chinoise parue sur le blog du Harvard Law School Forum on Corporate Governance s’interroge sur les motivations des administrateurs indépendants à bien jouer leur rôle de surveillance des activités de gestion du management. En effet, leur rémunération n’étant pas basée sur les résultats financiers de l’entreprise et leur nomination dépendant de la direction,  il parait opportun de s’interroger sur ce point. L’étude, que vous pouvez consulter ci-dessous, démontre que  ce sont les préoccupations en lien avec leur réputation qui poussent principalement les administrateurs à être plus attentifs aux intérêts des actionnaires.

Reputation Concerns of Independent Directors  

Réflexion sur la gouvernance

L’appétence au risque et le Conseil d’administration

L’Institut Français des Administrateurs a rendu publique son rapport sur le rôle du Conseil d’administration dans la détermination du Risk Appetite. L’objet de l’étude menée par un groupe de travail présidé par Louis GALLOIS, Président du Conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën est de mieux cerner, au sein des conseils, les risques que les organisations sont prêtes à accepter au regard de leur stratégie et de mesurer l’alignement des parties prenantes. L’étude met aussi en avant quelques bonnes pratiques à promouvoir, telles que la valorisation de la prise de risque comme source d’opportunités ou encore l’encouragement de débats constructifs entre le Management et le Conseil.

Vous pouvez télécharger le rapport ici :

Le rôle du Conseil dans la détermination du Risk Appetite

Exécutif et Conseil d’administration : une relation pas toujours évidente

Lors des derniers rendez-vous du Cercle du management, les professionnels se sont penchés sur les éléments déstabilisants pour les nouveaux directeurs généraux qui prennent leur poste. La gestion des relations avec le Conseil d’administration en est un. En effet on peut remarquer que la gouvernance des grandes groupes et entreprises de taille moyenne a considérablement évolué ces derniers années. Encadré par le code Afep-Medef, surveillé par le Comité du Haut gouvernement d’entreprise, le Conseil est aussi plus diversifié, féminisé et tourné vers l’international. Autant d’éléments qui font qu’il est parfois difficile pour un nouveau directeur général de s’y retrouver au premier abord…

Conseil d’administration : mode d’emploi à l’attention des exécutifs

Pour aller plus loin

Catastrophes naturelles majeurs – un risque souvent minimisé

Souvent ignorées dans les plans d’urgence, car trop rares ou trop difficiles à prévenir, les catastrophes naturelles à fort impact sont un risque pour l’entreprise. Le rapport « Extrême géo-risques : réduire les risques de catastrophes et accroitre la résilience », initiative conjointe de la Fondation Européenne de la Science (ESF), du Groupe sur l’observation de la Terre (GEO) et de la Communauté des géo-risques de pratique (GCP) examine en détail le risque de survenance de tels événements et propose des mesures préventives à mettre en place. Planifier des scénarios d’urgence, mettre en place des systèmes de surveillance pour augmenter la prise de conscience, ou encore réviser la Charte internationale Espace et catastrophes majeurs, sont parmi les mesures proposées. 

A New-Year’s resolution: stop ignoring rare high-impact events