Forum du Club recherche 2013 : Fonctionnement du conseil d’administration, rémunérations et transparence : quelle gouvernance pour les entreprises ?

8ème Forum annuel de la recherche en gouvernance du Club recherche IFA - Le 23/05/2013


Depuis 2006, le Club recherche organise un Forum annuel sur la recherche en gouvernance dont l’objectif est d’approfondir un thème particulier en croisant les points de vue des chercheurs et des praticiens. L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) qui a souhaité organiser en 2013 son colloque scientifique sur le thème de la gouvernance d’entreprise a souhaité associer l’IFA à l’événement.
En 2013, le Forum annuel de la recherche en gouvernance a donc été organisé en partenariat avec le colloque scientifique de l’AMF. Il a donc associé ainsi encore plus étroitement académiques, en particulier membres du Club recherche de l’IFA et du Conseil scientifique de l’AMF, praticiens et régulateurs.

 
« Fonctionnement du conseil d’administration, rémunérations et transparence : quelle gouvernance pour les entreprises ? »
 

Le 23 mai 2013 s’est tenue à Paris la 8ème édition du colloque du Conseil scientifique de l’Autorité des marchés financiers organisé, cette année, en partenariat avec le Club recherche de l’Institut français des administrateurs sur le thème : « Fonctionnement du conseil d’administration, rémunérations et transparence : quelle gouvernance pour les entreprises ? ».

Élément déterminant des modalités de gestion et de contrôle de l’entreprise, au cœur des relations entre sa direction, son conseil d’administration, ses actionnaires et les autres parties prenantes, la gouvernance des entreprises constitue, bien au-delà des marchés financiers, un thème de société. Avec des questions à la clé sur la transparence, les rémunérations et l’équilibre des pouvoirs. Depuis la loi de sécurité financière d’août 2003 qui a instauré en France une obligation d’information du marché en matière de gouvernement d’entreprise et les codes de gouvernement d’entreprise établis par les associations professionnelles, les pratiques ont réellement évolué.

Dans le cadre de cette conférence, Gérard Rameix, président de l’Autorité des marchés financiers a déclaré : « Le principe « appliquer ou expliquer » est au cœur d’une régulation « souple » du gouvernement d’entreprise et en conditionne, pour large part, l’efficacité. C’est pourquoi l’AMF veille à la qualité et à la pertinence des explications données par les entreprises qui sont donc essentielles ». S’agissant des politiques de rémunération, « un dispositif plus global d’implication des actionnaires est légitime, d’autant que de nombreux Etats européens l’ont déjà mis en œuvre au cours des dernières années », a poursuivi Gérard Rameix. « L’AMF est favorable à la mise en place d’un régime de say on pay annuel, en particulier pour les plus grandes sociétés cotées, dont les enjeux de rémunération sont plus sensibles ».

« Pour avoir un conseil d’administration qui fonctionne bien et donc une gouvernance efficace, il faut consacrer du temps et de l’intelligence collective à bien composer le Conseil et à recruter les administrateurs dont la société a besoin », a de son côté tenu à déclarer Daniel Lebègue, président de l’Institut français des administrateurs. « Il y a un consensus dans tous les pays européens sur la nécessité d’une transparence renforcée et d’un véritable droit de regard des actionnaires en matière de rémunération des dirigeants. Mais, dans la mise en œuvre de ces principes, les pratiques sont très différentes d’un pays à l’autre, en particulier en ce qui a trait au rôle respectif de l’Assemblée générale des actionnaires et du conseil d’administration », a-t-il ajouté.  « Tous les pays européens s’accordent pour privilégier le recours à la soft law et aux codes professionnels pour faire progresser les pratiques de gouvernance. Il reste à déterminer qui s’assure du respect du code : un comité de place ou l’autorité de marché ? »

Le colloque, qui a bénéficié de l’expertise de personnalités issues des mondes académique, parlementaire et de représentants d’institutions européenne et internationale, s’est articulé autour de deux sessions :
- la première focalisée sur la composition et le fonctionnement des conseils d’administration ;
- la seconde consacrée aux rémunérations des dirigeants et à la transparence.
Enfin, la table ronde conclusive a été l’occasion d’un débat sur la place de la réglementation s’agissant de la gouvernance des entreprises.

Pour rappel :

Le Conseil scientifique de l'AMF est composé de 21 personnalités issues du monde académique et financier. Ouvert sur l'international avec la présence de chercheurs étrangers, il a une triple vocation :
- améliorer l'information du régulateur sur les réflexions académiques en cours dans le domaine financier ;
- identifier les évolutions susceptibles d’avoir un impact sur les champs d'activité de l'AMF ;
- initier des travaux de recherche en lien avec les préoccupations du régulateur.

Créé en 2006, le Club recherche de l’Institut Français des Administrateurs (IFA) vise à favoriser les échanges entre universitaires et administrateurs, à initier et à encourager les travaux de recherche dans les domaines de la gouvernance et à faire connaître l’IFA, ses positions et ses propositions dans le monde universitaire. Le Club recherche publie également la Revue Française de Gouvernance d’Entreprise (RFGE), seule revue académique, en langue française, dédiée à la gouvernance d’entreprise.