afeca-

Une enquête AFECA (Association des Femmes Diplômées d’Expertise Comptable Administrateurs), co présidée par Marie-Andrieux et MD Cavalli, enquête conduite en partenariat avec IRCORE, a étudié la place des femmes (après la tenue des AG 2015 à mi Juin) dans les conseils d’administration et de surveillance des entreprises des compartiments A/B/C d’Euronext Paris et d’Alternext Paris.

1.    Des progrès disparates selon la taille des sociétés

 Le taux d’administratrices dans les conseils reste décroissant en fonction de la taille des sociétés passant de 30,17 % pour les Big Caps du compartiment A à 25,5 % dans les Mid Caps du B, à 24,65 % dans les Small Caps du C et à 14,62 % sur Alternext (non soumis à la loi Copé-Zimmermann sur les quotas, n’étant pas un marché réglementé). Mais, plus on descend en taille d’entreprise et plus le taux de progression s’accélère : + 1,6% pour les Big caps, + 8,5 % pour le compartiment B, + 16,8 % pour le C, + 21,4 % pour Alternext, les capitalisations petites et moyennes engageant ainsi un début de rattrapage des grandes sociétés. Le compartiment C se rapproche ainsi du compartiment B autour de 25 %, même si les moyennes cachent des disparités restant davantage fortes dans le compartiment C.

Participer aux comités qui jouent un rôle important au sein du Conseil est un critère d’analyse essentiel. La présence des femmes dans les comités n’est pas au niveau de leur taux de présence au sein des conseils : 18,38 % de femmes dans les comités du compartiment A (pour 30,17 % de femmes au conseil), 21,86 % dans le compartiment B (vs 25,5 % au conseil), 9,46 % dans le C (vs 24,65 % au conseil), 10,86 % chez Alternext (vs 14,62 % au conseil). Les écarts les plus importants concernent donc les compartiments A et C.

Les administratrices sont en moyenne plus jeunes que leurs collègues hommes : en arrondis, dans le compartiment A 51,2 ans vs 54,8 ans pour les hommes, dans le B 53,9 ans vs 60,4 ans, dans le C 53,1 ans vs 58 et sur Alternext 54 ans vs 55,6. Les écarts les plus élevés sont observés dans les compartiments B et C. Alternext enregistre l’écart le plus faible.

La place des administratrices en position de leadership (Présidente, PDG, DG, DG Déléguée) reste toujours très limitée : 4,13 % dans le compartiment A, 7,87 % dans le B, 7,62 % dans le c et 4,04 % sur Alternext. Les compartiments B et C enregistrent un score supérieur au compartiment A et à Alternext. 

 

2.    Des enjeux porteurs d’opportunité de compétitivité et de performance pour les entreprises

Selon AFECA, il reste encore pour les entreprises à relever de forts enjeux:

-Atteindre un seuil de 40 % de femmes dans les conseils d’ici 2017 avec des profils réellement diversifiés, les analyses précédentes d’AFECA ayant identifié  une forte similarité  hommes/femmes. AFECA a en effet la conviction qu’entrer au conseil pour une femme n’est pas une fin en soi mais la possibilité  de transformer une contrainte quantitative (les quotas) en une opportunité qualitative de diversifier les compétences mais aussi les « soft skills »

- Mieux valoriser une contribution influente des femmes au sein des comités du conseil (audit, rémunération, nomination, RSE, stratégie…) ;

- Améliorer la position de leadership des femmes dans des fonctions de Président, PDG, DG ;
- Accélérer pour les PME, qui restent encore trop en retrait, leur intégration dans cette dynamique de gouvernance efficiente, d’autant que la loi du 4/08/2014 élargit l’obligation des quotas d’ici 2020 aux sociétés de plus de 250 salariés.
- Favoriser les mandats croisés en Europe, notamment dans les petites et moyennes entreprises, pour développer une plateforme de gouvernance au service de business modèles innovants et compétitifs. »