panoramaey2016-

Outre l’analyse des moyennes et grandes capitalisations boursières (Midcaps et Bigcaps), le Panorama propose une dimension européenne avec la prise en compte des données des 60 plus importantes capitalisations d’Allemagne, d’Italie et du Royaume-Uni.

La représentativité des administrateurs étrangers

Elle n’est toujours pas en rapport avec le déplacement du centre de gravité de la croissance des groupes vers les pays émergents. La part des administrateurs étrangers a peu évolué entre 2015 et 2016 pour le CAC 40 (31% en 2015 comme en 2016) et le SBF 120 (22% en 2015 et 24% en 2016).

L’ouverture des conseils d’administration aux femmes

Ce critère, qui répond à des obligations légales, rentre dans une zone de turbulence pour 2017. Selon Bruno Perrin, Associé EY : "70% environ des sociétés du SBF120 devraient parvenir à appliquer aisément les dispositions légales dans les délais – soit un quota d’au moins 40% de femmes dans les Conseils au 1er janvier 2017. En revanche, l’exercice sera plus compliqué pour 20% des sociétés qui devront coopter deux nouvelles administratrices et pourra se révéler un vrai casse-tête pour les 10% restantes car elles devront intégrer au moins 3 femmes ou se séparer d’administrateurs hommes pour respecter la loi ».

La rémunération des administrateurs du CAC 40

Les jetons de présence ont cru de 15K€ en valeur absolue entre 2014 et 2015, pour atteindre une moyenne de 73K€ par an et par conseil. Cela est dû au passage sous pavillon étranger de 2 sociétés en 2015 et au réajustement à la hausse de l’enveloppe de rémunération allouée au Conseil. Les Administrateurs d’entreprises françaises qui opèrent sur le marché mondial doivent percevoir une contrepartie spécifique à leur périmètre d’intervention. Cette année, 40% des entreprises du CAC40 envisagent de manière plus importante la prise en compte de ce caractère spécifique, contre 28% l’an dernier. La moyenne des jetons de présence des 60 plus importantes capitalisations d’Allemagne, d’Italie et du Royaume-Uni s’élève à 180K€ ce qui est nettement supérieur à la situation en France.

Le « Say on Pay »

Quatre ans après l’introduction du « Say on Pay » en France, les sociétés doivent communiquer de manière plus transparente et pédagogique sur leur politique de rémunération et notamment sur l’adéquation à la stratégie, le choix des critères et l’atteinte des objectifs. C’est en ce sens que 65% des entreprises du CAC 40 intègrent des critères RSE pour déterminer la rémunération variable de leurs dirigeants. Pour 29% des cas, les thématiques les plus fréquemment retenues  sont la réduction de l’empreinte carbone et de l’intensité énergétique des opérations, l’amélioration de la performance en matière de santé et de sécurité au travail. Pour 17%, il s’agit de l’éthique et pour 11% de l’innovation et du développement d’une offre de produits ou de services responsables.
Ajout citation Labrador

Nouvelles technologies et ‘Big Data’ au service des administrateurs

La transformation digitale des entreprises et les enjeux liés au ‘Big Data’ doivent conduire les Conseils à revoir en profondeur à la fois leur périmètre d’intervention et leurs méthodes de travail.

Actuellement, seuls 10% des Conseils déclarent aborder les grands chantiers de transformation et la stratégie digitale parmi leurs thèmes de travail. Les administrateurs restent donc encore peu informés et trop souvent en marge de ces enjeux stratégiques majeurs pour l’entreprise.
De même, les outils technologiques dénommés « Gouvernance – Risques et Conformité » (GRC), peuvent permettre d’intensifier les travaux du Conseil pour mieux appréhender les risques et les suivre quasiment en continu : en 2016, 31 % des sociétés étudiées disposent d’outils GRC (19 % l’an dernier). Selon Thierry Moreau, Directeur Associé EY, « les administrateurs doivent se considérer comme des utilisateurs à part entière de ces outils collaboratifs et demander une formation spécifique et un accès à l’application, de façon à renforcer leur compréhension des risques et des moyens de maîtrise mis en place par les dirigeants ».