Enquête IFA : La Gouvernance à l’heure de la crise sanitaire COVID-19

L’IFA a interrogé ses adhérents administrateurs sur les effets de la crise sanitaire 

La crise sanitaire de la Covid-19 a confiné les populations. En conséquence, elle a contraint de manière inédite l’activité économique. Elle a également placé les organisations en situation de gestion de crise extrême et mondiale.

L’IFA est le lieu privilégié de partage des bonnes pratiques des professionnels de la gouvernance. C’est pourquoi nous avons souhaité recueillir l’expérience de nos adhérents administratrices, administrateurs et dirigeants mandataires sociaux. Nous avons donc lancé l’enquête « La gouvernance à l’heure de la crise sanitaire de la Covid-19 ». Celle-ci a été réalisée du 31 juillet au 6 septembre 2020 et a collecté plus de 300 retours.

 

Principaux résultats de l’enquête

  • La « culture du risque » permet de gérer cette crise sans précédent

81% disposaient d’une cartographie des risques, avant mars 2020. Pourtant, seuls 17% mentionnaient explicitement le risque de pandémie. Par ailleurs, 57% disposaient d’un comité de gestion de crise. Et pour 93% d’entre eux, celui-ci permet au conseil et à la direction d’être suffisamment réactifs. A noter que les ETI, PME, startups et associations semblaient moins bien préparées.

  • Une bonne adaptation des conseils dans l’organisation de leurs travaux

Durant la période de mars à juin, les conseils ont tenu en moyenne 2 réunions supplémentaires à celles prévues (les sociétés cotées et les entreprises publiques, 3). Durant ces réunions, 76% des organisations y ont traité aussi d’autres sujets que la crise. 89,7% déclarent qu’ils ont disposé des informations nécessaires. Enfin, pour 90%, le mode distanciel n’a pas du tout nui à la qualité des échanges.

  • Les sujets prioritaires traités par les conseils, très homogènes quelle que soit l’organisation 

– L’attention aux salariés : télétravail, chômage partiel, formation,…
– Le plan de continuité d’activité
– L’adaptation des organisations aux mesures d’hygiène et sécurité
– Les modalités de financement
– La fermeture de sites opérationnels

  • Le dialogue social s’intensifie

70% considèrent que le dialogue social s’est intensifié. Dans ce cadre, plus de la moitié témoigne que les administrateurs représentant les salariés ont joué un rôle clé pour faciliter ce dialogue social.  En particulier, dans les entreprises cotées et les entreprises publiques.

  • Une relative bonne visibilité sur l’impact de la crise (à fin août / début septembre)

Plus de 60% considèrent qu’ils ont une relativement bonne visibilité sur les conséquences de la crise (seulement de 36% pour les startups). Pour 55%, bonne visibilité des impacts à 6-12 mois, qui chute à moins de 20% pour l’horizon 1 à 3 ans. Seulement 60% des organisations ont élaboré un plan de relance d’activité à fin août/début septembre. Mais, la plupart a engagé ou envisage une révision de leurs objectifs 2020-2021 ainsi que de leur plan stratégique. De même, la vaste majorité considère que la crise va entraîner des changements structurels majeurs en termes d’organisation du travail, de digitalisation, et de présence géographique.

Consulter l’étude complète

Présentation de l’étude par François Bouvard vice-président de l’IFA