couv climat-

C’est le rôle du conseil d’administration de porter cette exigence stratégique de long terme dans ses échanges avec les dirigeants, de veiller aux arbitrages nécessaires et  à la modération entre des intérêts souvent contradictoires et des horizons de temps non alignés. Ce n’est pas encore la pratique la plus fréquente. Dès lors, il appartient à chaque administrateur de se saisir du sujet et de faire en sorte que les enjeux climatiques soient au centre de l’élaboration de la stratégie, de l’organisation des travaux du conseil, de la convergence des intérêts de toutes les parties prenantes et qu’ils fassent l’objet d’une communication fidèle.

C’est dans cet esprit qu’ont été élaborées les recommandations du groupe de travail. Leur formulation veille à respecter la latitude d’adaptation à la situation propre à chaque entreprise, conformément à la vocation de l’IFA.


Françoise Malrieu

4 RECOMMANDATIONS

ÉLABORATION DE LA STRATÉGIE

01-2-

Veiller à ce que les enjeux climatiques soient au cœur de la définition et de l’implémentation de la stratégie de l’entreprise et s’assurer que le management prend les dispositions nécessaires pour :

•Déployer une mesure des émissions de gaz à effet de serre directes et indirectes.

•Identifier les risques et les opportunités pour les activités de l’entreprise et les transitions associées via une analyse prospective.

•Adopter une trajectoire de réduction de l’empreinte et d’atténuation des risques de transition en ligne avec l’Accord de Paris, en assurer le suivi et traiter de manière responsable le sujet des actifs à céder.

•Intégrer la dimension climat dans l’ensemble des décisions-clés de l’entreprise (innovation, choix technologiques, investissements, …).

•Veiller à l’allocation de ressources humaines et financières vers la recherche de solutions nouvelles.

CONVERGENCE DES INTÉRÊTS

03-

Devant la complexité et l’ampleur des enjeux, veiller à ce que les intérêts de l’entreprise prennent bien en considération ceux de ses parties prenantes à

•Veiller à ce que soit assurée l’adaptation des compétences des salariés à la transformation.

•Inciter l’entreprise à entrer dans des coopérations avec tous les acteurs de sa chaîne de valeur et à contribuer à l’accélération de la transformation bas-carbone des filières.

•Introduire dans la rémunération variable des dirigeants une incitation à la performance climatique mesurée selon des critères spécifiques et quantifiables

ORGANISATION DU CONSEIL ET ENGAGEMENT DU DIRIGEANT

02-2-

Devant la complexité et l’ampleur des enjeux, veiller à ce que les intérêts de l’entreprise prennent bien en considération ceux de ses parties prenantes


•Veiller à ce que soit assurée l’adaptation des compétences des salariés à la transformation.

•Inciter l’entreprise à entrer dans des coopérations avec tous les acteurs de sa chaîne de valeur et à contribuer à l’accélération de la transformation bas-carbone des filières.

•Introduire dans la rémunération variable des dirigeants une incitation à la performance climatique mesurée selon des critères spécifiques et quantifiables

COMMUNICATION ET PUBLICATION

04-2-

Être attentif à la communication de l’entreprise sur les enjeux liés au changement climatique à

•Veiller à ce que le reporting et de la communication sur les enjeux climatiques, en lien avec les recommandations de la TCFD (gouvernance, stratégie, risques, métriques) et avec les obligations de l’Article 173 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, soit soumise à une exigence de pertinence et de qualité.

•Favoriser la communication entre les parties prenantes et le conseil d’administration sur l’explication du rôle de ce dernier dans la prise en compte des enjeux climatiques.